Liberation

 

Après 6 ans d’absence, Christina Aguilera est enfin de retour plus fraîche et plus jeune que jamais (Merci Dr Bistouri). Avec son nouvel opus « Liberation », elle s’est faite une petite santé et nous offre des visuels ultra « Young & Nude » (en gros elle a l’air d’avoir 20 piges et de ne porter aucun maquillage… Suffit de voir son Instagram). L’album est composé de 15 morceaux, enfin plutôt 11, les 4 autres sont soit des introductions soit des interludes. Je vous dis ce que j’en pense :

 

– Ce que j’ai moins aimé : La plupart des morceaux en featuring avec des rappeurs (Like I do, Pipe…) sauf peut-être « Accelerate » car elle enferme sa voix dans des mélodies plates et sans grands intérêts mais je suis sûre que les fans de « trapop » y trouveront leur compte car c’est des morceaux dans l’air du temps et les rappeurs sont bons. On va pas se mentir ça fait 3 ou 4 morceaux franchement moyens dans l’album, même si chacun ne sera pas attiré par les mêmes. Et pour finir, j’ai trouvé le nombre de micro-morceaux peut-être un peu élevé pour un album de 15 titres.

– Ce que j’ai aimé : Évidemment toutes les chansons en « presque acoustique » avec piano (Unless it’s with you, Twice…) parce-que c’est là que sa voix prend toute son ampleur et vous embarque comme peu savent le faire (et ça fait du bien). Elle démontre encore une fois que c’est l’une des rares chanteuses à avoir une technique vocale parfaite et une palette incroyable (et croyez  moi elle n’a pas besoin de vocoder, suffit d’écouter l’interlude « I don’t need it anymore » où elle nous offre un A Capella magistral !). J’ai aussi apprécié les chansons plus pop comme son single en featuring avec Demi Lovato « Fall in Line », l’une des rares chansons un peu plus engagée au milieu de tous ces titres qui parlent d’amour (Je vous mets le clip en dessous, une collaboration qui m’a rappelé un certain « Telephone » de Lady Gaga et Beyoncé sorti il y a 8 ans déjà… toi aussi tu prends un coup de vieux hein!). Je suis tombée également amoureuse de la chanson « Deserve » qui pour moi est l’un des futurs cartons de l’album (à écouter donc!). Et puis un OVNI au milieu de tout ça : « Sick of Sittin' », un morceau ultra rock en live et franchement ça déchire, de quoi en prendre plein les oreilles !!

 

En conclusion, Christina Aguilera prouve encore une fois qu’elle peut tout chanter, mais je pense qu’elle n’avait pas besoin d’aller empiéter sur les plate-bandes de Rihanna 2.0 car ça n’apporte rien de particulier à cet album. Surtout quand on a son talent et ses possibilité vocales autant les mettre au service de vraies mélodies et a partir de là, elle n’a plus beaucoup de concurrence. C’est néanmoins un bel album, très bien produit (mais pour une star pareil c’est logique) où chacun trouvera plusieurs pépites qu’il pourra écouter en boucle sans jamais se lasser car on va pas se mentir, Christina Aguilera is still the queen 

 

2 réflexions sur “ Liberation

Répondre à Julien vachon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *