Kevin Plessis, l’aventurier !

Samedi dernier j’ai eu la chance de rencontrer Kevin Plessis, 27 ans et d’origine Nantaise qui s’apprête à effectuer un voyage un peu fou ! Son pari ? Traverser l’Europe du Nord au Sud, à pied, en récoltant les déchets trouvés sur son chemin. Nom de l’expedition ? Euro Zéro. Laissez-moi donc, vous parler de cet aventurier hors du commun !

 

Kevin a 27 ans donc, il a vécu la plupart de sa vie dans la région Nantaise, et est parti depuis une dizaine de mois vivre à Annecy pour se rapprocher de la nature et notamment de la montagne afin de préparer au mieux sa prochaine expédition qui va se passer en partie dans le grand nord. Adieu la vie citadine qui ne lui correspondait pas, ou plus tout du moins. Il est parti avec pas grand chose, s’est même retrouvé sans rien mais n’a jamais demandé d’aide à qui que ce soit, par fierté me dit-il, mais aussi parce-que c’est un positif dans l’âme et qu’il est prêt à tout endurer pour atteindre ses objectifs. Objectifs, d’ailleurs, qu’il a décidé de placer très hauts. Il va démarrer sa deuxième et plus grosse expedition d’ici quelques jours mais ce n’est évidemment pas son premier exploit. Alors, j’ai voulu en savoir plus, sur comment il vivait ses aventures, comment il se préparait, pourquoi cet itinéraire et aussi pourquoi cette idée de zéro déchets, puisque lui-même le dit, il fait ça avant tout pour l’aventure.

 

 

Pour sa première grosse expédition (à l’été 2017), il avait décidé de faire le tour de la Bretagne, non pas en utilisant uniquement le GR34 que tous les randonneurs utilisent mais en essayant de longer au maximum les côtes. C’est comme ça qu’il s’est retrouvé à devoir escalader des rochers, traverser le golfe du Morbihan à la nage et autres péripéties. En tout, 2220km à pied en 58 jours avec un couchage sommaire composé d’un petit matelas, d’un sac de couchage et d’un sur-sac… Imaginez-vous donc les soirs de tempête, il faut beaucoup d’imagination et de débrouillardise pour s’en sortir… Vous l’avez compris ce qui l’intéresse ce n’est donc pas de refaire ce que les autres ont déjà fait mais de passer par des chemins improbables afin de découvrir des endroits inconnus (vous pouvez visionner le film de son aventure ici, que j’ai personnellement adoré !). Alors vous me direz pourquoi repartir seulement 2 ans plus tard ? Tout simplement car pour préparer sa prochaine aventure il a eu besoin d’une dizaine de mois… Et oui, ça prend du temps de tout organiser, de définir un tracé, prévoir son équipement etc… Le coût de sa prochaine aventure frôle les 6000€ à ce jour, mais comme il me dit : « je n’ai pas encore le budget définitif ça peut augmenter » ! Vous comprenez donc pourquoi il lui aura fallu 2 ans pour rechausser les crampons sachant qu’il n’a pas souhaité avoir de sponsor à ce jour !


Pour cette deuxième aventure, Kevin part pour un défi plus grand encore donc. 6000km du Cap Nord en Norvège jusqu’à Tarifa en Espagne, la ville la plus au sud de l’Europe. Tout ça, toujours à pied et en solitaire. Sur lui, un sac à dos d’environ 14kg et attaché à la taille, un petit traineau pour ranger sa nourriture pesant près de 30kg… Vous imaginez donc ce qu’il va lui falloir trainer tout le long de son chemin… En parlant de nourriture, il m’a avoué avoir pris de quoi tenir 45 jours, mais sachant qu’il va rester à peu près 2 mois dans le froid et la neige, il s’apprête à devoir se rationner pour éviter toute déconvenue et tenir le temps qu’il faudra. D’ailleurs, son petit rêve serait de pouvoir rencontrer des peuples plus ou moins autochtones qui pourraient lui apprendre à pécher, chasser etc, dans ces climats difficiles, ce qui pourrait lui sauver pas mal de nourriture. 

 

 

Bon, vous vous imaginez bien qu’en tant que femme, la question de l’hygiène m’est tout de suite venue à l’esprit. Parce-que 6 mois à pied, ça vous laisse quand même pas une odeur de rose… Et bien, qu’importe, dans son sac un savon d’Alep lui suffira pour le corps et les dents. Quand il le pourra, il fera une petite toilette, mais sinon il ne s’embarrassera pas (d’ailleurs, petit défi dont on s’est également parlé, faire un selfie par jour pour créer un photo-morphing final à son arrivée, de son apparence physique durant ces 6 mois d’aventure). Toute façon, comme il le dit si bien, lui au bout d’un moment il ne sentira plus rien, le corps est bien fait pour ça ! Quand aux autres, qui le rejoindront sur son chemin, et bien tant pis, il ne fait pas ça pour eux. D’ailleurs, à son passage en France notamment, il sera suivi par quelques associations écolos, qui feront un bout de trajet avec lui et ramasseront les déchets sur leur passage. Vous pourrez également le voir sur France3 Bourgogne si jamais vous êtes dans le coin, sinon il y a toujours les replay ! Puisque je vous parlais d’écologie, je vais revenir un peu sur le sujet. Comme prévu et en plus de son paquetage d’environ 44kg, il ramassera sur son chemin tous les déchets qu’il pourra trouver, du poids en plus donc, jusqu’aux prochaines poubelles. Son aventure est loin de se ramener à ça, mais vous vous doutez bien qu’en tant qu’amoureux de la nature, voir la bêtise humaine se déverser sur les routes et autres sentiers le révolte. Il avait commencé par ramasser un déchet par jour pendant son tour de Bretagne, mais cette fois ce sera bien tous qu’il ramassera.

 

Pour finir, je dois vous dire que j’ai été extrêmement impressionnée par son calme et sa capacité à ne pas anticiper les problèmes. Alors vous pourriez penser que cet homme est un peu fou, mais ne vous en faites pas, il est totalement au courant des dangers qu’il encoure. Seulement, comme il le dit lui-même, rien ne sert de se stresser ou d’avoir peur de ce qu’il pourrait se passer, ce serait le meilleur moyen pour provoquer des problèmes. J’ai pris ça comme une belle leçon, moi la stressée de la vie. Alors en cas de gros problème, il a quand même investi dans un gps satellitaire, muni d’un bouton SOS qui prévient les secours. Mais bien évidemment, s’en servir serait pour lui un échec. En tout cas, il part avec l’idée qu’il a déjà réussi son aventure cela lui donne le courage nécessaire pour affronter tous les problèmes qui se poseront devant lui. Je dois dire, que sa force tranquille et son courage sont vraiment fascinants. Son mental et son optimisme sont sans failles ! Enfin, j’ai essayé d’en savoir plus sur ses prochains défis, mais Kevin aime garder une part de mystère. Des rêves il en a plein, mais quoi qu’il arrive, il ne tentera rien de déjà fait, ce qui l’intéresse c’est de faire et découvrir de nouvelles choses ! 

 

Alors si vous avez envie de le suivre durant son aventure, ou d’avoir plus d’infos sur tout ça, rien de plus simple, il suffit d’aller s’abonner à sa page facebook : Kevin Plessis – Aventurier ou de le suivre sur son Insta ici. Il passera peut-être près de chez vous, et vous pourrez aller l’encourager dans ce long périple à travers l’Europe. En tout cas, je suis heureuse d’avoir pu le rencontrer avant son départ, et je lui souhaite le meilleur pour ces 6 mois ! Rendez-vous pris en Espagne pour le début de l’automne !

 

Camille.

 

Toutes les photos utilisées lui appartiennent.

Une réflexion sur “ Kevin Plessis, l’aventurier !

  1. Cet homme mène aujourd’hui une action qui est une véritable leçon de vie.
    Nous accordons parfois beaucoup trop d’importance à certaines choses, notamment en anticipant trop, en oubliant que les problèmes ne sont pas encore arrivés et que de toute façon on est probablement prêts à les surmonter.
    On voit aussi qu’on peut tout à fait se mettre des objectifs très hauts, à partir du moment où l’on a conscience de tous les paramètres et qu’on se lance à fond.
    Véritable leçon de vie !

Répondre à Laura Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *