Chronique de l’ennui #1

Ces derniers temps mes publications se font rares. En effet, j’ai utilisé beaucoup de mon temps libre pour écrire un dossier pédagogique. Non sans mal, mais enfin… Le temps me manquait alors pour écrire mes « petits » articles. Et cela m’a permise de réaliser à quels points mes moments de réflexions et de partage me manquaient. J’ai compris à quel point mes petits temps « d’ennuis » m’étaient utiles ! Dans ce monde où tout va toujours plus vite, nous manquons de temps, notamment pour réfléchir. La propension de cette société angoissée et angoissante à vouloir nous faire réagir au quart de seconde près nous enlève cette merveille faculté que nous avons à cogiter et à créer… Ainsi, mes petits temps d’ennuis m’ont souvent manqués dernièrement pour me cultiver, réfléchir, et créer. Bien qu’on pourrait attester que mes diverses tribulations sur la pédagogie musicale furent une source de culture et de réflexions non négligeables. Je devrais donc plutôt dire que c’est la diversité de mes recherches et réflexions qui m’ont manquées. Je me suis donc décidée à les retrouver sous la forme de « chroniques de l’ennui » (enfin presque… J’ai encore 2 mois avant d’importantes échéances mais après j’aurai de nouveau l’occasion de me consacrer à mon ennui et retrouver le chemin de mon site). Et oui, l’ennui peut-être productif ! En attendant et pour ne pas vous laisser trop en plan pendant ces quelques mois, je vous laisse le fruit de mes quelques insomnies créatrices pour cette première chronique de l’ennui : un très modeste « poème » à double sens, pour qui voudra y voir toutes mes idées saugrenues.

 

« Ode à l’ennui et au temps qui passe »

 

Quand l’an nuit,

Oh, temps qui passe,

A venger tes petits temps d’ennuis,

Épuisé, grandiloquent mensonge,

Fesse ci, fesse là,

Langue, ah, je mords,

Son jeu et 100 nuits,

Par embêtement nous voilà,

Vide rêve,

Assez dit,

Ah, tendres ans bêtes,

Foutu est le temps,

Minute papy, on part,

Est-ce de bonne heure ?

A temps, s’en étaler.

 

Camille G.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *